Nous sommes au mois de mars et pourtant il est déjà l’heure pour les chenilles processionnaires du pin d’entamer leur descente. Nichées dans des bourses blanches et soyeuses situées sur les extrémités hautes de l’arbre, les chenilles processionnaires du pin représentent un vrai danger. Professionnels ou particuliers, il faut s’en méfier.

Vous aurez pu le remarquer, la région Provence-Alpes-Côte-D’azur a été épargnée par la vague de froid polaire qui a sévit aux quatre coins de la France. Ce climat tempéré ainsi que les températures douces ont permis aux habitants de Marseille ou de Nice de profiter du bord de mer. Cependant, il a aussi profité aux chenilles processionnaires. Arrivées à la fin du 5ème stade larvaire, elles commencent à descendre des arbres avec en tête de peloton une chenille femelle.

Les chenilles processionnaires du pin : quels dangers ?

Envahissante et urticante, la chenille processionnaire du pin est de plus en plus présente en France.

Insecte de la famille des lépidoptères, cette chenille représente de véritables risques sanitaires aussi bien chez les humains que chez les animaux domestiques. Entre le mois de février et le mois d’avril, de nombreuses chenilles processionnaires vont quitter leur nid et aller s’enterrer pour se transformer en chrysalides. C’est à ce moment là qu’il y a un danger.

Animal sensible, la chenille processionnaire peut en cas de stress ou de danger libérer des milliers de poils urticants présents sur son dos. Portés par le vent ou en suspension dans l’air, ces poils viendront facilement se déposer sur les zones non couvertes des hommes et des animaux. Dans une région ou le mistral est souvent présent, cela peut mettre à péril vos balades en forêt. A leur contact, des réactions urticantes peuvent apparaitre voire s’intensifier. Lavez-vous les mains immédiatement si vous avez été atteint et consultez votre médecin ou pharmacien si les démangeaisons persistent.

C’est la présence de thaumatopéïne qui rend les poils de ces chenilles urticants.

Quels sont les symptômes en cas de contact avec une chenille processionnaire ?

Chez l’Homme, les heures qui suivent le contact peuvent entrainer des réactions plus ou moins violentes sur la peau, dans les yeux et sur le système respiratoire :

  • Sur la peau : urtications. Dans les cas les plus graves, et chez certains sujets plus sensibles, des palpitations voire un choc anaphylactique
  • Dans les yeux : risque de conjonctivite ou une kératite pouvant évoluer vers la cécité. Il faut faire extraire les poils auprès d’un ophtalmologue.
  • Sur le système respiratoire : des irritations respiratoires pouvant aller jusqu’à la crise d’asthme à la suite de l’ingestion des poils.

Pour les animaux domestiques, les risques sont bien plus graves. Si un traitement n’est pas donné rapidement le pronostic vital de l’animal peut être engagé. Le contact étant direct, la réaction va être immédiate pouvant tuer les tissus de la langue et créer des nécroses. Il faut alors être vigilant et surveiller ce que mange et sent votre animal de compagnie à proximité des pins.  

Voir également

pigeons

Les techniques pour se débarrasser des pigeons

17 | 06 | 2021

Depuis près de 10 ans, les panneaux solaires photovoltaïques se sont développés jusqu’à atteindre de nombreux logements français. En effet, […]

rats boulangerie

Comment se débarrasser des rats dans votre commerce ?

16 | 06 | 2021

Filer entre les jambes des clients, contaminer les réserves de nourriture et les préparations, ronger le matériel et endommager les […]

Traitement anti punaises de lit

Les produits efficaces pour se débarrasser des punaises de lit

16 | 06 | 2021

Quand il s’agit de punaises de lit, on ne sait souvent pas par quoi commencer. On cherche à traiter soi-même […]